Plus d'image sur l'église catholique de Rhodes, cliquez sur la photo!

 

Roger Alverni (1949 - 1999)

Je suis un migratoire, un migratoire. Dis donc, Léo, ça ne te gêne pas de gagner de l'argent avec tes idées? -Non. Ca ne me gênait pas non plus de n'en pas gagner avec mes idées. Vois-tu, la différence qu'il y a entre moi et Monsieur Ford ou Monsieur Fiat, c'est que Ford ou Fiat envoient des ouvriers dans des usines et qu'ils font de l'argent avec eux. Moi j'envoie mes idées dans la rue et je fais de l'argent avec elles. Ca te gêne? Moi, non! Et voilà! Pas de chèque, et vite un restaurant dans un bon quartier. Un artiste vit toujours demain, sinon il est fait pour l'usine. Viens dans le désastre du matin ou chez Renault, voir comment on fabrique un chef et des autos. ........ L'instant!!!!!!! Il va fondre sur toi comme la foudre, à trois cent mille bornes à la seconde, il n'aura pas le temps de s'attarder au feu rouge.......Je le revendique et vous souhaite, ni Dieu, ni maître, pas vrai mec?! -Paroles de Léo Ferré- Ces quelques phrases présentent Roger, où plutôt, ses idées. Et sa vie peu se résumer ainsi :

Dés l'âge de 7 ans, il rentre dans une école militaire (école d'enfant de troupe) qui lui forgera le caractère mais aussi lui fera ressortir son côté rebelle, insoumis. Comme dans le roman d'Yves Gibeau, il en souffrira et il intériorisera sa révolution pour la transformer en amertume. A sa sortie, il rejoint l'abondance de la vie, le mariage et un emploie de chef d'atelier! Après tant d'années sacrifiées quelle récompense. Sa femme le quitte, la vie de salarié le saoul et habiter une belle maison, lui font tomber l'espoir d'une vie idéalement prévue en société. Il se présenta un beau jour dans le jardin de sa famille, quelques planches en acier sous le bras en déclarant : "Je viens construire mon voilier". Aussitôt dit, aussitôt fait, un an pour la caréne, deux ans pour le finir, trois ans en tout pour réaliser le voilier de ses rêves. Vivre l'aventure, vivre ses passions (à ce moment la voile et la plongée), vivre librement!!! Départ pour une vie sur l'eau, la méditérranée était devenue son nouveau territoire. La peinture lui vient d'une fusion entre liberté et responsabilité familliale. Son talent trouvera ses sources du devoir de père de famille, c'est le talent d'assumer sa vie, c'est le talent de gagner sa croute de son propre chef. Il mettra de côté l'art dans le but de peindre du tableau en série, comme à l'usine pour les voitures où il n'aurait jamais voulu mettre les pieds. 15 ans de total bonheur. Un fois qu'un homme se réalise, il arrive vite à son apogée et c'est à l'âge de 50 ans que son voyage de la vie pris fin. Plus qu'un père, c'est mon idole! (Né en 1949 - Décédé en 1999)

 

 

Retour Acceuil

 

Sa jeunesse

Sa bohéme

Sa peinture

Ses rencontres

Son paradis

Roger